Les lupercales

Pour comprendre  les origines de la Fête des Amoureux, il faut remonter au temps de la Rome ancienne.  

Le printemps débutait le 5 février, c était pour les romains un moment de purification et d expiation de toutes les offenses qu ils avaient commises envers leurs dieux.

A cette occasion, les maisons étaient traditionnellement nettoyées. Après avoir balayé les pièces intérieures, on les aspergeait de sel et de blé. C est ce rite de la purification (februa) qui est à l origine du mot : « Février ».

 

Les Lupercales ou Lupercalia

Chaque année le 15 février, les romains rendaient un culte païen à la louve romaine qui avait allaité Romulus et Rémus dans la grotte de « la Lupercal ».

La fête très populaire des lupercales (Lupercalia) était un hommage à Faunus, dieu de la nature et de la fertilité, appelé également Lupercus.

Cette fête se déroulait sur les flancs du Mont Palatin en souvenir de Romulus qui avait tracé, jadis, l enceinte de la ville en creusant un sillon avec une charrue, autour de ce mont.

Cette fête comprenait trois temps forts :

  • le sacrifice d un bouc
  • la course des Luperques
  • un grand banquet final
 

Le sacrifice

Le collège des Luperques était constitué des  fils des cinq plus anciennes familles aristocratiques, descendantes des fondateurs de Rome. La cérémonie avait lieu symboliquement dans la grotte de la Lupercal.

Après avoir immolé des chèvres, des boucs et un chien, on conduisait deux jeunes gens devant l autel.

Le prétre touchait leurs fronts avec le couteau sanglant et les essuyait avec des tampons de laines préalablement trempés dans du lait. Après quoi les jeunes gens devaient éclater de rire.

 

La course des Luperques

Puis les deux jeunes gens lançaient une  course à travers la ville.

Après avoir fait le tour du mont Palatin pour purifier l ancien site, ils se répandaient dans la ville en riant et en buvant.

Les luperques, à demi nus et couverts seulement de la peau des chèvres sacrifiées, frappaient les spectateurs avec des lanières de peau de chèvres. Les femmes enceintes, pensant s éviter les douleurs de l enfantement, s offraient à leurs coups.

On dit que les coups de lanières apportaient aussi fertilité et facilitaient la montée de lait.

 

Une loterie amoureuse...

Les romains aimaient les jeux de hasard.

Avant le banquet, chaque jeune fille inscrivait son nom sur un parchemin qu elle déposait dans une grande jarre, puis, chaque jeune garçon tirait au sort le nom de la jeune fille qui devait rester avec lui pendant tout ce banquet.

Parfois, les jeunes gens tombaient amoureux et se mariaient.

Cette tradition était dédiée à Junon, déesse du mariage, chargée de protéger la sainteté du mariage et de présider aux accouchements.

 

La fête de l'Amour

Les hauts dignitaires de la religion chrétienne détestaient cette fête païenne, ce culte à la fertilité et cet étalage publique de nudité.

Les papes successifs tentèrent de la faire disparaître, mais en vain.

En 495, le pape Gelase 1er décida de célébrer en grande pompe la fête de Saint Valentin, le 14 février, un jour avant la fête des Lupercales.

Et c est ainsi que la Saint Valentin, favorisée par l église, est devenue une des plus belles fêtes de l année.